- Château de Chabrol -

(d’après les travaux faits par le Cercle Amical de St-Patrice – bulletin du 8-8-81 et par M. Dubuisson. Bulletins municipaux de janvier et août 1997)

Le château de Chabrol est situé sur le coteau près de l’église romane, laquelle fut vendue par la municipalité en 1853 à Jean Bigot, prêtre, curé de Saint-Patrice. En 1859, Mme Amélie Evelinia Houdaille, épouse du comte de Chabrol, rachète l’église, le cimetière attenant et différentes propriétés alentour, y compris l’ancien et vétuste prieuré. Les prieurs avaient émigré en 1793, le prieuré fut alors vendu comme bien d’émigré à un acheteur de Saint-Patrice qui ne l’entretint pas.

 

C’est à partir de 1859 que le comte de Chabrol fit bâtir le château. Les pierres du prieuré et des maisons de l’ancien bourg furent enfouies dans les importantes fondations de la construction.

 

A la mort de Mme Amélie Evelinia Houdaille en 1898, le château revient à sa fille Mme Marie-Louise, épouse du marquis de Sesmaisons.

 

Les armoiries de la famille Chabrol (ci-contre) se retrouvent sur le fronton de l’entrée monumentale des caves de Chabrol situées aux Roches, ainsi qu’en la partie supérieure du vitrail n° 10 de l’église paroissiale, accolées à celles de la famille de Sesmaisons.

 

A gauche, les armoiries des de Sesmaisons, à droite, celles de la famille de Chabrol Chaméane surmontées de l’inscription :  » Ne tanta domus – perea »

 » Ne tanta domus – perea »

Qu’une si grande famille ne meure pas .

Les Chabrol Chaméane

Originaire d’Auvergne, cette famille, après avoir envoyé un représentant à Paris comme député de la noblesse d’Auvergne en 1789, se distingue par Christophe André Jean Chabrol de Crouzol (1771-1836) qui fut fait comte d’Empire en 1810.

Il occupe les postes de ministre de la Marine et des Colonies (1824-1828) puis de ministre des Finances (1829-1830).

C’est son fils Anne-François Edouard (1798-1883), maître des requêtes au Conseil d’Etat, qui fit construire le château. Il épouse Amélie Evelinia Houdaille, dont il a deux enfants, une fille, Marie-Louise, et un fils, Jean Roger.

Les Sesmaisons

Famille bretonne, citée au XIe siècle, qui donne un croisé en 1248.

Louis-François, deuxième fils de Charles Donatien Yves, titré marquis de Sesmaisons et de Louise Anne de Choiseul Beaupré, se marie en 1872 avec Marie-Louise de Chabrol. Ils auront un fils qui mourra sans postérité.